sportif-mytho.com

sportif-mytho.com

A mi-chemin entre gloire et camisole

A mi-chemin entre gloire  et camisole

 

Peu importe qu’il soit empaqueté, marqueté, à coup de pseudo-égalitarisme bien-pensant, savamment orchestré par l’univers mercantile du running , ou mu par des desseins plus personnels. Pour vous ! Aucun doute !  Ce qui vibre ! C’est votre égo !

Allons ! Voyons ! Triturant vos gels nerveusement tel un doudou, attablé dès l’aube face à un plat de pâtes sans saveur, tentant de contrôler votre énième envie de déféquer, l'anus en feu, ne vous êtes-vous pas demandé où était donc ce sacro-saint plaisir ? Non ! C’est Narcisse qui vous gouverne !  

Sur une course au saucisson, une piste en tartan, un ultra, un marathon, vous voulez votre instant de gloire, vivre ce sentiment d’euphorie, de toute puissance, cet état d'ivresse narcissique. Vous voulez de la reconnaissance ! Et pour cela, vous êtes prêt à tout !   

Voici un échantillon de recommandations très surprenantes ! Absurdes en apparence  ! Et pourtant...... A mi-chemin entre gloire et camisole…

 

 

 Du porno à gogo !  

Elle est un des éléments clé de l’avantage athlétique de la catégorie masculine. Cette hormone anabolisante contribue à une augmentation considérable de la masse musculaire et donc forcément la performance.

Et sa production fluctue ! C’est ainsi que de nombreuses études sont venues démontrer que le porno augmentait de façon non négligeable le taux de testostérone chez des spectateurs masculins.

 

Une expérience datant de 2010 a justement cherché à établir une relation entre augmentation du taux de testostérone, visionnage de séquences pornographiques,  et performances à l’effort.

Des rugbymen eurent à visionner différents films ainsi qu’un écran vide comme expérience témoin. Déterminé grâce à un test salivaire, le taux de testostérone s’est alors avéré, sans surprise, maximal pour le film érotique.

Restait à savoir, si oui ou non, cette variation pouvait occasionner une différence de performance physique.

Et bien oui ! les charges les plus lourdes furent soulevées après visionnage de séquences pornographiques.

Mater du porno ! C’est donc augmenter naturellement son taux de testo, et augmenter son taux de testo, c’est accroître légèrement sa puissance. Alors, avant chaque compétition prévoyez une vidéo !

 

sporno_27.jpg

 Le plein de testo ! 

 

Stop aux glaviots    !

Votre coach vous a-t-il déjà évoqué les bienfaits du monoxyde d’azote  ?

En plein effort, lorsque la pression dans les artères augmente et que le dioxygène vient à manquer, les cellules de la paroi de vos vaisseaux produisent ce gaz. Celui-ci favorise alors leur dilatation et par conséquent  l’apport accru de dioxygène.

Est-il possible d’en produire de manière exogène, c’est-à-dire par un apport extérieur ? Oui ! Et, le protocole est bien connu !

Il vous faut tout d’abord du nitrate ! La source alimentaire principale de nitrate s’avère tout simplement les végétaux, notamment la rhubarbe, les salades vertes, les épinards et même les betteraves.

Dans le tour de Californie en 2011, le nutritionniste de l'équipe RadioSchake, Allen Lim,  explique sans ambages dans une vidéo , que ses athlètes ingurgitent chaque matin un demi-litre de jus de betterave.

Selon le  sulfureux docteur Michel Ferrari, véritable star du tour de France de ces  dernières années, avec un demi litre de betterave, un cycliste peut améliorer sa puissance aérobie de 6%.

L'effet serait identique à celui de la transfusion d'une poche de 250 ml de sang.

Mais attention ! Ce nitrate n’est pas encore du monoxyde d’azote ! Le parcours de ces nitrates est d’ailleurs un peu étrange. Consommés, ils se retrouvent alors, comme tous nutriments, dans le sang.

Mais ils peuvent être réabsorbés par les glandes salivaires. La concentration en nitrate dans la salive peut être jusqu’à 20 fois supérieure à celle du sang.

Ce nitrate, présent en grande quantité dans la salive, sécrétée régulièrement par les glandes salivaires,  est alors transformé par les bactéries de la bouche en nitrites.

Une fois avalée, cette salive, riche en nitrite, arrive dans l'estomac. L'acidité de l'estomac transforme alors une partie de ce nitrite en monoxyde d'azote. Notre fameux NO, qui cette fois-ci n'est plus d'origine endogène (produit par le corps), mais bien exogène.

 

img-benzema-scandalise-par-les-interpretations-de-son-crachat-1448451022_580_380_center_articles-212534.jpg

Benzema se débarrasse de bactéries qui pourraient pourtant optimiser ses performances physiques..Heureusement, il mate des sextape..

 

Vous l'avez compris, la production de ce gaz miracle nécessite l'intervention de bactéries de votre bouche. Evitez par conséquent tout bain de bouche et même de vous laver les dents ! Cela détruirait les bactéries indispensables à la formation de notre gaz !

Evitez aussi  de cracher à tout va ! Votre salive riche en nitrite doit être absolument avalée et se retrouver dans l'estomac.

Michel Ferrari, encore lui, raconte sur son site 53fois12.com, que certains cyclistes professionnels gardent dans la bouche des haricots secs pendant 40 minutes avant le repas, pour stimuler la production de salive et transformer le nitrate en nitrite, de façon optimale.

Bref ! Stop aux glaviots ! 

 

 

 

Une tente dans sa chambre   !

Le principe est simple en apparence ! En haut des cimes, l'air  pauvre en dioxygène stimule la synthèse d'EP0. Cette hormone augmente alors la production de globules rouges. Or, augmenter le nombre de globules rouges, c'est augmenter la capacité de transport d’oxygène  aux muscles et donc le fameux VO2max.

Lors d'un retour à basse altitude, les effets bénéfiques de cette adaptation sont alors conservés quelques jours avant un retour à la normal.

Mais dans la réalité, une baisse d’efficacité s’observe fréquemment après un stage en altitude. Particulièrement en course à pied ! Oui ! Ces conditions hypoxiques, ne permettent pas la réalisation d’efforts à haute intensité, notamment lors des séances de fractionné. Et bien qu’ayant des paramètres physiologiques au top, les athlètes perdent alors progressivement leur capacité à courir vite. Les scientifiques parlent de « désentraînement musculaire ».

1269274-1661805.jpg

Christelle Daunay, Championne de France de Marathon (2H24), s'est entraînée à Font-Romeu dans l'optique des championnats du monde à Moscou

 Consciente que les effets recherchés de l'altitude ne sont pas systématiquement au rendez-vous et n'ayant jusqu'à maintenant que peu testé ces effets, Christelle est descendue assez tôt, pour refaire de la vitesse. A fond-Romeu, son entrainement s'est focalisé sur des séances longues à 15 km/H. (135 km du 15 au 21 juillet).

 

 

Pour ne pas perdre ces adaptations induites par un entraînement de haute intensité, tout en bénéficiant des adaptations physiologiques occasionnées lors d’un séjour en altitude, il existe des solutions. S’entraîner en plaine, pour optimiser ses qualités de vitesses et dormir en haut des cimes pour optimiser les filières de production de l’EPO, en est une. Les anglo-saxon parlent de "living high, training low" ! 

Les tentes hypoxiques en sont une autre. En vente dans le commerce ou sur internet, elles permettent de reproduire une atmosphère s’apparentant à celle rencontrée en altitude. Une étude française s’est même attelée à déterminer les règles pour un usage optimal et sans danger. Il convient notamment d’y rester au moins 12 heures pour une durée d’au moins 18 jours avec des conditions s’apparentant à des altitudes de 2500 voire 3000 mètres..Ne me dites pas que cela risquerait de mettre à mal votre équilibre familial ? Seriez-vous absurde au point d'hésiter encore entre votre épanouissement personnel et le maintien d'un semblant de couple ? Allons voyons ! Il est temps de divorcer ! 

 

  

10x400 et deux fables de Lafontaine

C’est à présent admis ! La fatigue est une émotion ! Et cette nouvelle définition en modifie considérablement son approche.

Pour votre voiture, il vous est possible de connaître précisément le nombre de kilomètres qu’il vous reste à parcourir avant la panne d’essence mais pour vous, le choix du rythme adopté, ne peut précisément dépendre d’une valeur limite mesurable ( quantité de dioxygène, glycogène..)

Oui !  Si la fatigue est une émotion, alors celle-ci peut être sujette à interprétation. Vous ne pouvez réellement savoir s’il vous  avez utilisé tout le carburant à votre disposition. Vous ne pouvez réellement savoir  si vous aviez encore la possibilité de continuer quelques mètres ou courir un peu plus vite…

Le physiologiste italien Samuele Marcora, grand pontife de la question, considère que chacun posséderait son seuil de tolérance et de multiples facteurs pourraient influer sur cette perception.

C’est ainsi que la musique, les encouragements, l’argent, l’enjeux, la couverture médiatique, mais aussi l’effet placebo, peuvent réhausser ce seuil de tolérance à la douleur ! Oui ! Si vous croyez aux vertus d’un gel,  à l’efficacité d’une pilule miracle, achetez les ! Car même si ces produits n’ont pas plus d’effet qu’une vulgaire pom’pote ou un classique tic-tac, l’effet placebo, lui, est particulièrement efficace.

 

ob_a08f8e_indien-endroit-2.jpg

L'activité de l'Insula augmente jusqu'à un seuil à partir duquel l'individu doit interrompre son effort. 

 

 

 

En imposant des jeux intellectuels à des athlètes, Marcora,  est parvenu à démontrer que la fatigue mentale diminue la performance physique.

Pourtant, ces jeux intellectuels harassants n’ont pas influé sur les paramètres cardio-respiratoires de ces athlètes, tout comme d’ailleurs sur la commande nerveuse motrice. La capacité à recruter les fibres musculaires n’était pas altérée. Seule la perception de l’effort semblait être modifiée.

Puisque la fatigue mentale altère la perception de l’effort, pourquoi ne pas intégrer cette fatigue mentale lors d’un entrainement ?

Pourquoi ne pas par exemple s’imposer au cours d’un 10x400 la mémorisation du lièvre et la tortue durant les phases de récupération ?

Complétement absurde ?  Ce type d’entraînement combinant entraînement physique et mental pourrait pourtant permettre de solliciter les aires cérébrales impliquées dans la régulation de la fatigue et augmenter votre seuil de résistance.

Oui !  Le défi n’est pas seulement d’accroître ses capacités physiques mais aussi de les exploiter au mieux ! De faire plus avec ce que l’on a déjà !

Le sport d’endurance prend dans un tel cadre une nouvelle dimension, et devient un formidable challenge psychologique consistant à s’approcher au plus près de ses limites physiques.

 

 

  

Tête de chou fleur !

Quelle est la meilleure coupe de cheveux pour évacuer la chaleur en plein cagnard ? Vous ne vous êtes jamais posés une telle question ? C’est probablement que vous n’avez jamais subi la frustration de finir au bord du podium dans la catégorie Masters du 10 km de Changé. Sans quoi, votre approche serait plus rigoureuse.

 Des chercheurs de l'équipe du professeur Rodrigues à l'université de Belo Horizonte (au nord de Rio de Janeiro ) ont demandé à 10 jeunes cyclistes de se laisser pousser dans un premier temps les cheveux, afin qu'ils atteignent 4 cm de longueur.

Il leur a alors été demandé d'effectuer une effort modéré à 50% de leur VO2max pendant une heure, sous le Soleil.

Quelques jours plus tard, le crâne fut rasé et le même effort effectué.

 A la fin de chacun de ces tests des mesures de la fréquence cardiaque, la température du rectum et du crâne, ainsi que du débit sudoral ( quantité de sueur), ont été calculés et ont pu être comparés.

 Le verdict est sans appel. Les sportifs avec cheveux longs ont perdu moins d'eau que ceux avec crâne rasé, sans que leur température soit plus élevée.

L'explication est simple. Les cheveux retiennent la sueur, ce qui permet une meilleure évaporation et donc un refroidissement plus efficace. Les athlètes au crâne rasé ou chauve, laissent ruisseler les gouttes sur le sol.

Quant à l’absence de coloration, rien à voir avec la chaleur ! Mais si vous falsifiez depuis des années votre certificat médical, las cette visite à l’efficacité   contestable, l’apparition de cheveux gris pourrait bien vous conférer un précieux indicateur du bon état de vos artères et vous inciter éventuellement à des examens plus poussés.

En effet, une étude égyptienne récente, présentée à Malaga (Espagne), au congrès de la société européenne de cardiologie préventive, est parvenue à l’étonnante conclusion que plus les cheveux sont gris, plus le risque de maladies cardio-vasculaires est élevé.

 

Holzerny-decroche-le-bronze_image_article_large.jpg

Championnat de France Masters de cross ! Des artères qui semblent en bon état ! 

 

 

 

Sécateur et testicule ! 

Dans un rapport de recherche, deux médecins Atwood et Bowen respectivement gériatre et oncologue ont émis concernant Lance Armstrong le postulat suivant:

Avant son cancer des testicules en 1996, Lance excellait dans les épreuves de 1 jour. Sur les grands tours, il était beaucoup plus discret. En 4 participations à la grande boucle, il comptait 3 abandons et une 36ième place.

Mais en 1999, après son cancer lui ayant notamment valu l’ablation d’un testicule,  il revient sur la Grande Boucle, qu'il gagne alors facilement. Il survole même ensuite les 6 éditions suivantes.

La réussite dans ce genre d'épreuve exige des qualités différentes de celles des classiques d'un jour.

Or, nos deux médecins, Atwood et Bowen ont recueillis sur de nombreux malades des données scientifiques qui montrent que l'ablation d'un testicule s'accompagne de changements permanents de la concentration de certaines hormones dans le sang.

ET, celles-ci augmenteraient notamment l’utilisation des lipides comme carburant. Cela constitue un énorme avantage lors d'une épreuve de longue durée car on retarde ainsi l'épuisement des réserves de glucides, évitant ainsi le « fameux mûr » ou une non moins pénalisante glycémie.

Ces changements hormonaux amélioreraient aussi la capacité de régénération cellulaire. Les muscles sont alors réparés plus rapidement.  Elles contribueraient même à une augmentation du taux de globules rouges dans le sang ( comme avec l’EPO) et une plus grande efficacité des régimes en vue d’une perte de poids. D'après ces auteurs, l'ablation d'un testicule serait donc un excellent dopant "naturel". Depuis, d’autres faits sont venus expliquer les performances de Lance. Est-ce à dire pour autant que ces observations cliniques sont dénuées de vérité ?  Alors ! Qu’attendez-vous ?

 

 

 

Autour du même thème :

Se doper au caca !

Muscler son insula

Le vrai-faux sportifmytho !

 

 

 



25/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 98 autres membres