sportif-mytho.com

sportif-mytho.com

Le mythe de la course la plus dure au monde

Ah ! La course la plus dure au monde ! En matière de cirque, de mise en scène, difficile d’égaler le monde de l’ultra-trail…Des sommets toujours plus hauts, de la souffrance, du dépassement de soi…

Le petit microcosme aigri et méprisant des hommes à pointe ne manque jamais de  railler  ce cirque orchestré  par l’univers mercantile du trail et du running..

A eux l’authenticité ! L’athlé ! La vraie ! Et ils macèrent dans leur entre-soi, persuadé que rien ne peut égaler en intensité un bon vieux 400..

“Pour la vitesse et le caisson ! Quoi de plus révélateur qu’un 1500  !” Quant aux cross ? Qui n’a pas échappé à cette pathétique et surannée évocation de : “l’école de la vie".

Presqu’aussi risible que ce pseudo-égalitarisme bien pensant autorisant cette petite populace de bobos écolos gonflés au leaderships à nous narrer sur les réseaux sociaux des exploits qui n’en sont pas..Et comme si cela ne suffisait pas, les voilà qui s’entichent de bonnes oeuvres, fiers d’exhiber ce courage et cette grandeur d’âme qui les anime chaque week-end pour les abandonner  soudainement, à la vue de n+1 et l’appât du gain, dès le lundi matin…

Alors qui a raison ?

 

photoeffort.png

 

Barkley ? Ultra-trail ? Iron-man ? Tour de France ? Ou simple 800 mètres ? .......

 

 

Quelle est l’épreuve d’endurance la plus dure au monde ?

 

C’est à présent admis ! La fatigue est  une émotion ! Celle-ci permet de moduler de façon consciente l’intensité de l’effort.

Dans cette  approche, les limites physiologiques ne sont jamais véritablement atteintes et de multiples facteurs peuvent  influer sur sa perception et son seuil maximal de tolérance : motivation, fatigue intellectuelle, stress, intimidation, gain d’argent, encouragement, musique…

Ces facteurs augmentent la performance sans pour autant jouer sur les qualités physiques. Ils ne font que moduler la perception de l’effort…augmenter ou abaisser le seuil de tolérance…

Le sport d’endurance prend dans un tel cadre une nouvelle dimension. Il devient un formidable challenge psychologique.

Pour votre voiture, il vous est possible de connaître précisément le nombre de kilomètres qu’il vous reste à parcourir avant la panne d’essence.

Mais pour un athlète, le choix du rythme adopté ne peut dépendre d’un nombre. Oui !  Si la fatigue est une émotion, alors celle-ci peut être  sujette à interprétation. Vous ne pouvez réellement savoir s’il vous  avez utilisé tout le carburant à votre disposition, si vous aviez encore la possibilité de continuer quelques mètres ou aller plus vite….Chaque course peut donc s’accompagner de cette éternelle question ..N’ai-je pas un peu triché ? N’aurai-je pas pu aller encore plus vite, plus loin...

 

 

alistair-brownlee-aide-frere-triathlon.jpg

 Un seuil de tolérance à la fatigue qui dépend de nombreux facteurs dont certains pourraient être génétiques....

 

 

Et ce challenge psychologique, cette opportunité de se rentrer dans le lard, se dépouiller, vomir ses tripes, débute pour un effort avoisinant les 30 seconds ! Oui ! 30 secondes !

Anna Wittekind de l'université d'Essex effectua en 2009, une expérience fort simple qui suffit à démontrer que ce challenge ne nécessite pas une épreuve de longue durée, impliquant un kilométrage élevé ! 

Des athlètes eurent à pédaler le plus vite possible pendant 15, puis 30, puis 45 secondes, à des occasions différentes.

Le constat fut le suivant : durant les 15 premières seconds du test de 45 secondes, la puissance développée était systématiquement inférieure au test de 15 secondes.

Ainsi malgré les instructions (pédaler au maximum de leur capacité dès le début de l’effort ), ces individus ont inconsciemment adopté un rythme inférieur, comme s’il le cerveau avait intégré que la duré d’effort programmé (45s) ne pouvait se réaliser “à fond”, sans excéder le seuil maximal tolerance.

 

perec.jpg

Le supplice du tour de piste 

Pérec se souvient : «Tu es sur la ligne. Tu regardes le tour de piste, tu sais exactement où tu vas souffrir. Je crois que beaucoup d'athlètes partent lentement parce qu'inconsciemment ils redoutent la douleur. Moi, je vomissais après la course, mais aussi avant, à cause de cette appréhension de la souffrance.»

 

 

Matt Fitzgerald, dans son livre : “How bad do you want it” compare un effort physique de plus de 30 seconde au défi d’un marcheur de feu.

Imaginez un tapis de braises chaudes avec à la fin un mur ! Ce mur représente ses limites physiques et ne peut jamais être atteint. Mais il est possible d’essayer de s’en approcher au plus près !

Simplement, sur ce tapis de braise, chaque foulée s’avère plus douloureuse que la précédente et vient un moment où le seuil de tolérance à la douleur est franchi !

Il vous faut alors bondir hors de ce sol brûlant ! Le défi n’est donc pas seulement d’accroître ses capacités physiques mais aussi de les exploiter au mieux ! De faire plus avec ce que l’on a déjà !

 

 

Par conséquent, la course la plus dure au monde n’existe pas ! ! Il vous est possible de jouer avec ce seuil de tolérance sur un 400 ou un ultra ! Il vous est même possible de relever ce challenge, en gueulant comme des truies, vautré dans la boue, vous faisant insulter servilement par un déficient mental bodybuildé en treillis moulant laborieusement parvenu à retenir la formule de l’acide lactique et enchaîner deux rondades pour valider une formation bidon, facturé un bras, par une bandes d’arrivistes opportunistes, s’étant octroyés un semblant de crédibilité en bidouillant un éniéme mémoire foireux sur le VO2max…

Et ce challenge n’est en rien réservé aux athlètes de haut niveau ! Ils sont d’ailleurs nombreux, ces sportifs de seconde zone, à épouser pleinement ce défi, tout autant que les élites,  tentant de s’approcher au plus près de leurs limites physiques que ce soit sur un 400, un cross, un 10 bornes, une course UFOLEP….Nul besoin de faire la Barkley ! Ce challenge peut être relevé en bas de chez vous, sur une course au saucisson...

 

Autour du même thème :

Muscler son insula

La prépa mentale d'un vieux lord

 La théorie du gouverneur central

Stratégie Billat

 Le vrai-faux sportifmytho !



10/06/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 98 autres membres