sportif-mytho.com

sportif-mytho.com

Intégrer les pervers narcissiques dans ses séances....

Et si les performances en endurance  dépendaient  plus de l’aptitude à supporter la pénibilité de l’effort que d’un réel problème énergétique ou musculaire..

Outre-Manche, cette nouvelle approche de l’effort est en plein développement

Selon le physiologiste Tim Noakes,  c’est le cerveau qui décide si l’intensité d’effort adoptée est compatible à la survie de l’individu..C’est lui qui reçoit des infos de l’ensemble de l’organisme ( fréquence cardiaque, acidité, température, lésion des fibres ..) et décide de continuer ou non afin de ne pas endommager les organes vitaux…

Si vous deviez comparer votre corps à une voiture…Il n’est donc pas impossible que celui-ci soit l’équivalent d’une Ferrari..Simplement, chez un sportif débutant ou dont l’entraînement n’est pas adapté, le conducteur  panique et sécurise rapidement en imposant une diminution de l’intensité d’effort..

S’entraîner serait donc plus éduquer son gouverneur central que mettre en place des adaptations physiologiques…

 

centralgouverneur.jpg

Voilà à quoi ressemble le central gouverneur d'un joggeur du dimanche

 

Cette nouvelle théorie baptisée théorie du gouverneur central implique une nouvelle définition de la fatigue. Dans ce nouveau modèle, la fatigue n’est pas induite directement par les organes périphériques (cœur, muscles..) mais par le « gouverneur » …..

La fatigue n’est plus comme dans l’ancien modèle un état physiologique mesurable « the end point » occasionné par l’épuisement des réserves énergétique, une forte acidité..ou une casse musculaire importante… 

Dans le nouveau modèle la fatigue est une émotion permettant de moduler de façon consciente l’intensité de l’effort.

 

Sauf que cette émotion, cette fameuse fatigue n’est pas toujours induite que par une activité physique….

Il existe aussi la fatigue mentale…Celle-ci pourrait se définir comme une incapacité à reproduire une performance intellectuelle, une baisse de l’attention, une diminution de la capacité d’analyse…

 

Comment les emmerdes du quotidien peuvent-elles influer sur la performance ? Par quels mécanismes interfèrent fatigue mentale et physique ? Pourquoi intégrer un pervers narcissique dans une séance peut-il aider à progresser ?

 

 

Une expérience tentant de délier la relation entre corps et esprit

Pour apporter une réponse à ces questions, des scientifiques de l’université de Dijon en collaboration avec l’Université de Kent ont mis en place l’expérience suivante :

Les chercheurs ont demandé à des individus de réaliser un effort imposant la contraction isométrique des quadriceps le plus longtemps possible. Pour être plus simple, il leur a été demandé de faire un exercice s’apparentant à la chaise…

Pour un groupe, cet exercice fut précédé de 90 minutes d’une tâche cognitive bien éprouvante intellectuellement..Des exercices à la con…imposant notamment de refreiner les impulsions premières et mettre en place des mécanismes d’inhibition..

Vous connaissez le jeu du ni « oui » ni « non »…Des exercices de ce style pendant une heure et demi..

De quoi vous rincer intellectuellement !!

 

chaise (2).png

Vos quadriceps à l'épreuve des pervers narcissiques

 

 

L’autre groupe eut la chance d’effectuer une tâche cognitive standard s'apparentant  à de la lecture..

Et bien le groupe s’étant coltiné 1H30 d’exo prise de tête, a vu sa performance diminuer de 13%

Pourtant, sur le plan physiologique, aucune différence ne fut enregistrée..Même acidité musculaire, même fréquence cardiaque..même température….

Les chercheurs ont alors émis pour hypothèse que cette baisse de perf était occasionnée par une baisse de la capacité du gouverneur central à recruter l’ensemble des fibres musculaires..

Pour être plus concret ! Ce serait la commande nerveuse qui viendrait à foirer..à s’altérer…

En s’intéressant au nerf fémoral qui commande notamment la contraction du quadriceps et en comparant ses capacités de stimulation entre les deux groupes, ils constatèrent des résultats similaires..

Bordel de merde !! Pas de différence au niveau des paramètres physiologiques (acidité, fréquence cardiaque..)…Pas de différence au niveau de la commande motrice et la capacité à recruter les fibres musculaires des muscles de la cuisse..

Tout se passe alors  probablement au niveau de ce cerveau… et d’une perception de l’effort qui serait accrue, plus subjective….

 

En attendant les résultats d'IRM

Or les neurosciences disposent à présent de joujoux précieux..les images par résonnance magnétiques fonctionnelles, qui permettent d’observer les zones activées dans le cerveau lors de l’accomplissement d’une tâche…

 

Scan0107 (2).jpg

 IRM fonctionnelle d'un mec regardant une femme à poil ! On n'arrête pas le progrès !!

 

Il n’est pas impossible que dans l’avenir soit identifiée la région du cerveau impliquée dans cette perception exacerbée de l’effort…

En tout cas ! Il est vivement conseillé d’éviter de se coltiner un connard avant une compétition…Et pour les plus jeunes…il serait bon de mettre les jeux vidéo de côté…

En revanche, pourquoi ne pas tester après une journée de travail harassante, entouré de pervers narcissiques, une séance de fractionné difficile afin de rajouter à la fatigue physique, la fatigue mentale de la journée ???…Oui !!! Donnez une utilité à tous ces gros connards qui pourrissent votre vie…!Additionner les fatigues à l’entraînement, c’est s’entraîner à lutter contre celles-ci….

 

Auto-transfusion, mode d'emploi

La morphologie idéale pour la course à pied

Se doper à la testo en matant du porno

S'envoyer dans le mur à l'entraînement .......

 

Bibliographie:

Lore of running (Tim Noakes)

Sport et vie n°145 Juillet Aout 2014

 



17/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 100 autres membres